Retour aux articles
Version facile à imprimer

Dur Labeur


La production annuelle des Etats-Unis par travailleur a dépassé durablement celle du Japon pour la première fois depuis 1945. Selon l`OIT, l`Organisation internationale du travail, elle a augmenté aux Etats-Unis de 2,8 % en 2002, soit plus du double du chiffre de 1,1 % observé au Japon. Fait peut-être surprenant étant donné l`aspect hautement technologique bien connu de l`économie japonaise, une partie non négligeable de cette amélioration a été imputée aux Etats-Unis à une meilleure efficacité dans l`utilisation de l`informatique. L`OIT y a notamment souligné la croissance du commerce de gros et de détail et du secteur financier, de plus en plus informatisés.-----Le temps de travail aux Etats-Unis constitue également une explication simple de ce phénomène. Le temps annuel de travail par personne au Japon a chuté durant les quinze dernières années, le faisant ainsi pratiquement rattraper le niveau des Etats-Unis, qui, lui, est resté relativement stable pendant la même période. Et tandis que le travailleur américain moyen fournit 1825 heures annuelles de labeur, ses homologues transatlantiques français et allemands n`en effectuent que 1545 et 1444 respectivement.-----Il n`est donc guère surprenant que les chiffres de production de l`ensemble de l`Union Européenne ne soient pas des meilleurs dans le tableau fourni par l`étude, qui chiffre la croissance moyenne de la production de l`UE à un modeste 1,2 % par travailleur. Il est vrai que les moyennes masquent souvent la réalité. Comme le fait remarquer Dorothea Schmidt, économiste à l`OIT, trois pays européens, la Belgique, la France et la Norvège, ont régulièrement dépassé les Etats-Unis en termes de production horaire par travailleur depuis le milieu des années quatre-vingt. Et la croissance de la productivité de la main d`oeuvre en Grèce a représenté l`an dernier près du double de celle des Etats-Unis, soit 4,1%. Mme Schmidt constate cependant que, tout en provenant d`un ensemble de facteurs, ce résultat est lié au nombre total d`heures travaillées. Comme elle le souligne, « ceux qui travaillent quinze heures par jour connaissent naturellement des moments où ils sont moins performants que ceux qui ne travaillent que six
heures dans la journée. »-----Cela ne signifie pas que les Américains doivent se sentir mal lotis en termes d`heures de présence au bureau ou à l`usine. Un certain nombre de pays font état d`un nombre bien supérieur d`heures de travail. Le salarié moyen sudcoréen a par exemple travaillé 2447 heures en 2001, soit 26 % de plus que son homologue américain et 46 % de plus qu`aux Pays-Bas (qui sont d`ailleurs dans ce domaine en queue du peloton des pays ayant fourni des données). Et l`OIT a constaté qu` « on travaille historiquement bien davantage dans toutes les économies en développement d`Asie... que dans les pays industrialisés. »-----Le travailleur accablé peut néanmoins entrevoir le bout du tunnel. L`OIT cite l`Irlande comme un excellent exemple d`évolution du temps de travail couramment liée au processus de développement économique. Lorsque l`Irlande est passée d`une économie à prédominance rurale au début des années quatrevingt à une économie fondée sur les services et l`industrie, elle a vu son temps de travail individuel annuel évoluer de 1900 à moins de 1700 heures, une chute de près de six semaines de quarante heures par travailleur. Et la productivité individuelle a presque doublé dans le même temps entre 1980 et 2002. Selon toute apparence, l`herbe est aujourd`hui vraiment plus verte en Irlande.


Date de dernière mise à jour : 08/01/2009 - 3:10 PM


Retour aux articles