Retour aux articles
Version facile à imprimer

L`avenir des Ressources Humaines


L`«investissement humain» constitue peut-être la nouvelle religion de l`entreprise, mais les mécanismes permettant de le réaliser pleinement semblent loin d`être mis en place. Chose à peine croyable, les directeurs des ressources humaines des cent principales sociétés britanniques cotées en bourse n`étaient que 17 à siéger l`année dernière encore au conseil de direction de leur entreprise. Et une enquête de Deloitte & Touche démontre que, si la majorité des P.-D.G. font grand cas des ressources humaines, plaçant l`investissement humain au deuxième rang de leurs priorités stratégiques après « l`adoption d`une ligne stratégique générale efficace», ils diffèrent beaucoup de leurs DRH quant à leur opinion sur les domaines véritablement importants pour l`entreprise en la matière. Seuls 7 % des P.-D.G. et des directeurs des ressources humaines d`une même entreprise s`accordent dans cette étude sur la définition des plus grandes lacunes à combler dans ce domaine.-----C`est apparemment la communication qui constitue la question centrale, un problème qui ne se limite pas à la communication entre divers membres du personnel. Plus de la moitié des P.-D.G. et des DRH interrogés (55%) font de la communication interne une priorité stratégique fondamentale mais expriment une certaine confusion lorsqu`il s`agit d`en préciser l`instance responsable. Et, autre surprise, si les P.-D.G. interrogés placent une communication interne qui fonctionne en tête des enjeux des relations humaines, la moyenne des directeurs des relations humaines ne lui confèrent que le cinquième rang, lui préférant les relations entre salariés. Et ces DRH ne mettent l`optimisation du retour sur investissement humain qu`à la dixième place de leur liste de priorités, une préoccupation qui vient au deuxième rang de celles des P.D.G.-----Les deux groupes semblent s`accorder au moins sur les principes de base des diverses fonctions de relations humaines, 63 % des P.-D.G. interrogés et 54 % de DRH légèrement plus angoissés jugeant « très efficaces » l`administration du personnel, des retraites et des indemnités et le respect de la législation sur le personnel dans leur entreprise. Mais de profondes divergences d`opinion se font jour là aussi sur les performances : 43 % des DRH se pensent efficaces en matière de recrutement de nouveaux talents, une opinion confortée par seulement 28 % de leurs P.-D.G. Et les échecs ne font pas non plus l`unanimité. Si un petit quart (23 %) des DRH se trouvent très performants dans la réduction des congés maladie et de l`absentéisme, ils parviennent tout de même à donner une meilleure image à leurs supérieurs dont près d`un tiers (31%) les jugent très efficaces dans ce domaine. De façon révélatrice, seuls 22 % des P.-D.G. trouvent très bien gérée la rémunération des cadres contre 32 % des DRH. Quelques domaines parviennent tout de même à faire l`unanimité, 13 %des P.-D.G. et 12 % des DRH étant par exemple les seuls à se dire impressionnés par l`emploi de la technologie des relations humaines.-----Comment réagir face à cette apparente dichotomie ? Deloitte & Touche conclue que les P.-D.G. et leurs DRH devraient intensifier leur dialogue, ou «s`engager dans des échanges plus réguliers et plus approfondis sur les priorités à définir, de façon à accorder les stratégies en matière de relations humaines et celles de l`entreprise tout au long de la hiérarchie». Mais s`il s`agit là d`une évidence, le directeur Grande-Bretagne du service de conseil en matière de capital humain de Deloitte & Touche, Brett Walsh, insiste sur les bienfaits économiques de l`amélioration de la communication. Les ressources humaines ont selon lui l`occasion de «démontrer leur capacité d`avoir un impact réel sur les performances de l`entreprise». Les chiffres financiers lui donnent déjà raison: les bénéfices moyens par action des sociétés britanniques cotées en bourse ayant fait une place aux représentants des ressources humaines dans leur conseil d`administration sont supérieurs de 22 % à ceux du reste des cent sociétés du FTSE durant la période de l`étude. Et le même phénomène s`observe outre-Atlantique, où la University of Michigan Business School a récemment estimé à environ 10 % l`impact total des agendas et des activités en matière de ressources humaines sur l`ensemble des performances financières d`une entreprise pendant trois ans. S`il est clair que les ressources humaines auront un rôle important à jouer à l`avenir, il n`en demeure pas moins qu`au Royaume-Uni au moins, il reste beaucoup de progrès à faire pour les intégrer à la réflexion de l`entreprise.

Date de dernière mise à jour : 08/01/2009 - 3:10 PM


Retour aux articles