Retour aux articles
Version facile à imprimer

Le Chemin de la reprise


La reprise économique s`est faite attendre mais la majorité des observateurs économiques pensent qu`elle est maintenant en bonne voie. Aux Etats-Unis notamment, une étude récente de l`activité dans l`industrie et les services a montré une croissance prononcée au second trimestre 2003, les bénéfices des entreprises présentant la hausse la plus forte des sept dernières années, soit 15,3 % sur un an.-----La reprise s`accompagnera de mouvements importants sur le marché du travail américain, d`après une étude récente de la SHRM (Society for Human Resources Management), domiciliée en Virginie, en collaboration avec Careerjournal.com, et publiée par le Wall Street Journal. Il semble qu`un certain nombre de salariés aient atten du de voir les signes de la reprise pour entrer dans la ronde des changements d`emploi.-----Quelque 83 % des cadres américains interrogés pensent se mettre « très probablement » ou « assez probablement » à la recherche d`un nouvel emploi dès le début de la reprise. Ils se montrent optimistes quant à cette dernière, 42 % d`entre eux s`attendant à voir cette amélioration se produire dans les trois à six mois à venir. Les professionnels des ressources humaines sont moins nombreux à partager cette vision positive, peut-être par esprit de préservation au vu des inquiétudes qu`elle implique sur le maintien à leur poste des personnes-clés des entreprises. Moins du quart d`entre eux (23 %) anticipe une reprise rapide, tandis que le même nombre (22 %) pense qu`elle se fera attendre plus d`un an.-----Si le rédacteur en chef de Careerjournal.com,Tony Lee, a manifesté une certaine surprise au vu du nombre de cadres prêts à « changer de bateau » aux premiers signes de rebond de l`économie, les professionnels des ressources humaines ont davantage anticipé ce mouvement, plus de la moitié de ceux qui ont été interrogés (56 %) s`étant déjà résignés à voir se multiplier l`année prochaine les changements volontaires d`emploi. Et ce nombre atteint près des trois quarts (71 %) dans les entreprises de plus de 500 salariés.-----La principale raison alléguée par les candidats au changement d`emploi est l`argument traditionnel du salaire. Mais les perspectives de carrière constituent une autre source de préoccupations pour de nombreux salariés, probablement obligés, du fait de la conjoncture, de rester à des postes ne leur convenant pas. Et près d`un tiers des personnes interrogées déclarent être à la recherche d`une nouvelle expérience professionnelle.-----Cette situation constitue un défi pour les responsables des ressources humaines, déjà occupés à batailler pour conserver leurs meilleurs éléments dans un contexte de fluidité croissante du marché de l`emploi. Les stratégies les plus courantes à cet égard comportent le remboursement des frais de formation, l`offre de congés payés alléchants et (pour 59 % des personnes interrogées) un salaire intéressant. Mais il faudra peut-être trouver des idées imaginatives dépassant la simple approche pécuniaire. Car la reprise qui se profile semble trouver les cadres des entreprises américaines prêts à changer de fauteuil.

Date de dernière mise à jour : 08/01/2009 - 3:10 PM


Retour aux articles