Retour aux articles
Version facile à imprimer

1+1=3

teamrh

Qu'il soit d'amour ou de raison, le mouvement de concentrations des firmes juridiques reste important notamment depuis l'arrivée massive des cabinets américains sur le marché parisien. La crise financière semble devoir également confirmer cette tendance, les fusions de crise étant aussi, aux côtés des rapprochements de croissance, une réalité.

Bon nombre de cabinets ont pris conscience des nouveaux enjeux pour assurer la pérennité et la compétitivité de leur structure. La rentabilité d'une heure de travail n'est aujourd'hui par la même que ce qu'elle pouvait être il y a encore une dizaine d'années. La mutualisation des efforts répond à cette réalité. La profession est donc inévitablement amener à se concentrer.

Mais comment réussir le pari de faire de la nouvelle entité, issue d'une fusion, autre chose qu'une somme d'individualités ?

En tant que cabinet de conseil en recrutement, notre activité nous implique de plus en plus dans ce type de mariage qui suppose la plus grande confidentialité. Notre connaissance du marché nous permet d'apporter un accompagnement à nos clients, notamment vis-à-vis du choix des cabinets à approcher et susceptibles de correspondre au « profil-type ». 

 

Un projet humain avant tout

Outre les interrogations portant sur la gestion des dossiers et les éventuels conflits d'intérêts, c'est bien l'aspect humain qui semble le sujet le plus sensible dans ce type d'opérations. Harmonisation des grilles de rémunération, répartition des profits entre associés, cohabitation culturelle, sont autant de points épineux. Un cabinet d'avocats dispose de peu d'actifs au regard d'autres entreprises. Il est avant tout constitué d'humains et c'est avec la susceptibilité de chacun qu'il est le plus difficile de composer.

Les rapprochements entre cabinets d'avocats ne sont pas chose aisée et nécessitent un certain sens de l'anticipation afin de faciliter l'intégration des différentes équipes. Un projet mal préparé peut rendre très délicate la rencontre de deux cultures.

Au-delà des interrogations concernant les volumes d'affaires, la question des Hommes doit se poser en amont de tout projet. Un cabinet se construit autour de valeurs fondamentales et un rapprochement doit être l'occasion de les réaffirmer afin qu'elles fixent un sillon pour l'intégration de chacun des collaborateurs susceptibles de participer à la nouvelle aventure. Les mois que l'on s'accorde pour parler chiffres doivent également être l'occasion de faire travailler ensemble les équipes afin d'anticiper certaines incompréhensions.

Une communication nécessaire

La mise en place du projet de rapprochement peut d'ailleurs également être le moment opportun pour communiquer sur les valeurs que souhaitent porter la nouvelle entité. Avocats, clients, personnel salarié seront ainsi mis dans la boucle et pourront envisager les enjeux et apprécier les bienfaits de l'opération.

Le management en charge de la promotion de ces valeurs auprès des clients et du personnel du cabinet mettra en place un discours clair et homogène afin d'éviter l'écueil d'une communication brouillonne. Le processus d'intégration doit être mené collectivement et de manière cohérente, là est la clef du succès de l'opération. Faire travailler les équipes rapidement ensemble, faire comprendre que le seul rapprochement ne suffira pas à accroître le volume d'affaires sont des points essentiels sur lesquels communiquer dans l'optique de créer les conditions d'une relation de confiance.

Une affaire à suivre

Une fois l'opération finalisée, il s'agit ensuite d'organiser un suivi qui permette de contrôler les étapes de l'intégration dans le travail au quotidien. Le savoir-faire et les ressources de chacun doivent être mutualisés, le management des départements organisé, le développement du cross-selling favorisé. Ceci, bien entendu, sera d'autant plus facile à mettre en œuvre que le travail d'anticipation et de coordination dans les mois précédents aura été important. Ce suivi sera donc à la fois la continuation, l'amplification des efforts opérés en amont et la mesure effective des progrès effectués.



Date de dernière mise à jour : 23/10/2009 - 3:42 AM


Retour aux articles