Retour aux articles
Version facile à imprimer

Devenir fiscaliste : droit privé ou droit public ?

Recrulex.com

Chargé d'appliquer les normes fiscales en vigueur, de conseiller les entreprises sur différentes opérations ou de les défendre selon les cas, le fiscaliste se trouve à la frontière entre droit privé et droit public. Quels sont les cursus les mieux adaptés ?


Si vous souhaitez travailler dans la fiscalité, plusieurs options s'offrent à vous : travailler dans un cabinet en tant qu'avocat fiscaliste (Big Four, Francis Lefebvre, TAJ pour les plus importants, les cabinets anglo-saxons du type Linklaters, Cleary Gottlieb, Clifford Chance, Freshfields, qui disposent d'un département Tax), intégrer une équipe de juristes au sein de la direction financière d'une entreprise, ou encore faire carrière dans une administration financière.

En termes de formation, des questions se posent : faut-il faire du droit public ou du droit privé ? De la finance ? De la comptabilité ? Si l'approche publique met l'accent sur l'étude des textes et des législations, l'approche privée s'avère plus pragmatique (droit des sociétés notamment).

En fait, les deux approches se complètent et les formations « hybrides » sont appréciées : Master en droit public ou privé des affaires/Master fiscalité (celui de Dibout ou de Blanluet à Paris I, de Gutmann ou de Castagnède à Paris I par exemple), suivi d'un Master orienté fiscalité dans une école de commerce (HEC étant l'une des meilleures), avant de passer, pour les futurs avocats, le concours d'entrée de l'école du barreau, et pour ceux qui visent les grandes administrations, celui de l'Ecole Nationale des Finances Publiques (ENFIP) par exemple. Cerise sur le gâteau : un LLM dans une bonne université américaine.

Dans tous les cas, un niveau Bac +5 minimum et un bagage en droit, comptabilité et finance sont requis.


Date de dernière mise à jour : 19/08/2013 - 6:15 AM


Retour aux articles