Retour aux articles
Version facile à imprimer

Michael Page-Division Public et Parapublic : « Les recrutements ont augmenté de 40 à 50 % »

Recrulex.com

Michael Page, l'un des leaders du recrutement, recherche notamment de nombreux cadres de la fonction publique et parapublique. Entretien avec David Mérigonde, Manager Exécutif Senior.


Michael Page-Division Public et Parapublic Présentez-nous votre division.
Notre division Public & Parapublic a été créée en 2001 et comprend sept salariés (consultants, managers et directeur). Notre but est de recruter des titulaires et des contractuels de catégorie A/A+ pour la fonction publique d'Etat, hospitalière, les collectivités locales et les établissements (offices HLM, SEM, EPIC, EPA...), soit environ 400 recrutements par an.

Quels sont les profils les plus représentés ?
Les cadres que nous recrutons ont des formations très variées. Cela dit, en dehors des cadres des filières techniques (ingénieurs et autres), les profils juridiques (droit public général, droit communautaire, des contrats publics...) de niveau master 2 et sciences politiques sont prédominants. En termes d'expérience, cela va du cadre débutant au cadre très expérimenté. Certains viennent du secteur privé et souhaitent se repositionner dans le public.

Pour quels types de fonctions ?
Les postes à très fortes compétences juridiques concernent des postes de directeur des affaires juridiques, de direction d'administration générale, de gestion des assemblées (vie administrative d'une collectivité), de directeurs de la commande publique (droit des marchés publics), de directeurs de l'urbanisme. Les administrations recherchent également des juristes experts en contentieux et en marchés publics.
Par ailleurs, les candidats qui viennent de réussir le concours passent d'abord par des postes de juristes spécialisés, sauf dans certaines petites collectivités, où les cadres sans expérience peuvent prétendre à des fonctions plus importantes.

Le secteur public est-il un marché en croissance ?
En cinq ans, les recrutements ont augmenté de 40 à 50 %. Nous avons gagné des parts de marché par rapport à la concurrence, les questions juridiques se sont complexifiées et la fonction publique a beaucoup évolué, notamment grâce à l'acte II de la décentralisation et de la professionnalisation des compétences.
D'une logique de commissions paritaires, elle est passée à un système plus souple, avec des passerelles entre les différentes fonctions publiques. En revanche, jusqu'aux élections de mars 2014, nous nous attendons à une certaine stagnation, avant un nouvel élan. A plus long terme, la perspective des grandes métropoles, notamment du Grand Paris, peuvent modifier les modes de gouvernance et de compétences, et entraîner de nouveaux besoins.


Date de dernière mise à jour : 02/09/2013 - 5:03 AM


Retour aux articles