Retour aux articles

Fusions-acquisitions : 3 compétences clés à mettre en avant

Recrulex.com

Que vous soyez avocat, juriste ou fiscaliste, les Fusacq exigent des compétences bien précises, qui dépassent les seules opérations financières.



competences fusions acquisitionsVos doubles compétences
Une fusion-acquisition est une opération complexe et primordiale dans la vie d'une entreprise. Le rôle de l'avocat se joue tout au long du projet : due diligences, négociations, levées de fonds, rédaction des contrats, jusqu'à l'exécution finale. Autant d'étapes qui touchent à des domaines de compétences très variés : droit social, droit commercial, droit boursier...
Ainsi, les profils à double compétences sont prisés. Ce peut être par exemple un titulaire d'un Master spécialisé dans un type de droit (droit des affaires, droit social, droit immobilier...) qui a obtenu le CAPA ou le DJCE (Diplôme de Juriste Conseil d'Entreprise) et un diplôme d'école de commerce ou de gestion.

Vos capacités d'adaptation
Les dossiers à traiter dans le cadre des M&A sont souvent très diversifiés en fonction de la nature de l'entreprise (publique ou privée) et de ses activités. Bien sûr, vos connaissances en droit des sociétés, en droit civil et des contrats seront nécessaires, mais pas seulement. Il vous faudra également savoir lire un bilan et comprendre l'environnement des entreprises que vous conseillez. Présent tout au long du processus, votre esprit de synthèse, votre capacité d'écoute et votre réactivité seront mis à rude épreuve !

Les Fusacq sont par nature très changeantes. Parmi les opérations qui se développent ces dernières années, les opérations portant sur des sociétés en difficulté financière (le "distressed" M&A) et le LBO (Leveraged Buy-Out) ou acquisition financée par de la dette.

Vos connaissances linguistiques
Aider un acteur des cosmétiques à acquérir une marque de crème bio sur le marché américain, conseiller un Etat africain sur la privatisation d'une ses entreprises, les opérations de fusions-acquisitions possèdent parfois une dimension internationale. Notamment lorsqu'ils proviennent des pays émergents, en pleine croissance.
Maîtriser au moins une langue étrangère - l'anglais en priorité - vous sera souvent demandé, à l'oral comme à l'écrit ! Vous serez ainsi pleinement opérationnel, que ce soit pour négocier ou pour rédiger les contrats, ce dans le monde entier.


Date de dernière mise à jour : 05/05/2014 - 4:48 AM


Retour aux articles